Dans moins de quatre mois aura lieu le renouvellement des conseils municipaux. Un moment important où la population portera une appréciation sur l’action de la municipalité sortante et sur le projet proposé pour le mandat à venir. Maire de Grenoble depuis 18 ans, il me parait utile et démocratique de revenir sur ce parcours municipal qui s’interrompra pour moi en mars prochain, ayant décidé de passer le relais à une équipe renouvelée, conduite par mon 1er adjoint Jérôme Safar. Je reviens donc, par une série de tableaux que je souhaite vivants et personnels, sur une activité qui marquera sans nul doute un moment exceptionnel de ma vie.

Inauguration du Stade Raymond Espagnac (2006)

Au cours de l’histoire, toutes les grandes périodes de progrès de l’humanité, toutes les grandes civilisations se sont forgées grâce aux villes. Athènes, Rome, Paris, Londres, New York, Tokyo, Shanghai ont été tour à tour de formidables foyers de dynamismes mondiaux, lieux d’échanges et de savoir. Et dès la Grèce antique, le « gymnase » a occupé une place très importante dans la vie de la cité. Sport et ville ont ainsi toujours été intrinsèquement liés et, à l’instar de la culture, j’ai souhaité dès 1995 que la pratique du sport soit un élément majeur de notre politique municipale. Le sport contribue à tisser du lien social, à favoriser l’insertion et la mobilisation des jeunes et renforcer le sentiment d’appartenance à la collectivité sans oublier, bien sûr,  ses bienfaits pour la santé. J’ai donc veillé à ce que chaque secteur de la ville, chaque quartier ait des équipements sportifs de proximité et de qualité. 

Aujourd’hui, Grenoble peut s’enorgueillir d’être une des rares villes de France à offrir autant de pratiques sportives en direction de tous les publics (jeunes, scolaires, clubs, particuliers…), et à accompagner autant d’associations (près d’une centaine dans toutes les disciplines) dans une de ses 163 installations sportives. Ainsi, à Grenoble, ville ouverte sur le monde, on peut pratiquer le hockey sur glace mais également le hockey sur gazon et le roller hockey ! Cette richesse associative alliée à un environnement direct exceptionnel avec cet immense espace de liberté qu’est la montagne participe indéniablement à l’attrait de notre ville tant au plan national qu’international.

Océane Tahé, championne e France d’escrime

Si le sport de masse reste le cœur de la politique sportive municipale, j’ai souhaité que Grenoble rayonne en accompagnant le sport professionnel et en accueillant des événements rassembleurs et festifs : tour de France, match de l’équipe de France de football contre l’Equateur (mai 2008), Trophée de la ville de Grenoble de tennis mais également des évènements populaires « participatifs » comme l’ékiden, les animations sportives au Parc… Dans nos sociétés de plus en plus individuelles et « éclatées », ces grands rassemblements populaires participent au plaisir et au désir de vivre ensemble. La montée du GF 38 en Ligue 1 après 45 ans d’absence, le titre de champion de France de Pro D2 et le retour dans l’élite du FCG Rugby, la Ligue Magnus remportée par les Brûleurs de loups (BDL) ont été autant de moments d’émotion intense, de communion et une grande fierté pour la population grenobloise.

Match d’accession du GF 38 en Ligue 1 (12 mai 2008)

A côté des clubs professionnels, des associations, des sportifs grands ou petits ont porté haut les couleurs de Grenoble : Jeannie Longo et son palmarès unique (59 titres nationaux et 13 titres de championne du monde), l’aviron Grenoblois, qui vient de fêter ses 120 ans et reste le premier club d’aviron de France, l’Escrime Parmentier et la jeune Océane Tahé, le patineur Chafik Besseghier, les champions paralympiques David Smetanine et Alim Latrèche, le « bosseur » Guilbaut Colas, le Ring Grenoblois et Patrick Mallaizée, Grenoble Tennis,  l’Entente Athlétique de Grenoble du Président Pierre Arnaud, Grenoble natation, les Centaures, le GVUC, le handball et tant d’autres… Des clubs qui font briller Grenoble à l’échelle nationale et mériteraient certainement une meilleure reconnaissance médiatique!

 

Conseil municipal exceptionnel pour la candidature de Grenoble aux Jeux Olympiques de 2018 (6 octobre 2008).

A Grenoble nous aimons profondément les valeurs du sport et de l’olympisme : dépassement de soi, solidarité, goût de l’effort, bonheur d’être ensemble… Aussi, j’ai souhaité que 40 ans après les Jeux olympiques de 1968 qui ont durablement marqué notre ville, Grenoble accueille de nouveau les JO d’hiver, l’un des plus beaux événements planétaires sportifs. Grenoble avait le meilleur dossier lors de l’évaluation du CNOSF : plus grande ville au cœur des montagnes ; compacité des sites ; développement durable (Jeux sans voiture ni carbone et 100% utiles pour le territoire)… Malheureusement, le CNOSF a privilégié des critères  »politiques » à la qualité des dossiers présentés. La décision du CNOSF fut ensuite un nouvel échec cuisant pour la France. Victoire « volée », cela reste un grand regret pour moi…

 

Enfin, comment ne pas évoquer toutes ces belles rencontres autour du sport. Les « grands » champions comme Zinedine Zidane, venu au stade Lesdiguières afin de signer une convention entre les clubs de football de Teisseire et de la Castellane à Marseille.

Le FCG, champion de France de Pro D2 (2012)

 Les joueurs formés à Grenoble et qui ont brillé en équipe de France : d’Olivier Brouzet (rugby) à Olivier Giroud (football). Les joueurs devenus entraineurs ou dirigeants comme Fabrice Landreau et Marc Chérèque au FCG, Mecha Bazdarevic… Mais également tous ces dirigeants bénévoles, je pense notamment au Père Gaston Delmas, à Christian Gaudin, Président du Grenoble Tennis… qui s’investissent et œuvrent au quotidien pour faire vivre leur club guidés par leur passion. 

« Zizou » en 2000 à Grenoble afin de signer une convention entre les clubs de football de Teisseire et de la Castellane.

 

Critérium du Dauphiné 2013

Je souhaite également avoir une pensée pour ceux qui nous ont quittés, notamment mon ancien adjoint aux sports Yves Brouzet, Jean Liénard, figure emblématique du rugby grenoblois, qui a donné son nom à la tribune honneur du Stade Lesdiguières en 2009, Raymond Espagnac, sénateur, fondateur du club de rugby des Catalans de Grenoble, et dernièrement Marcel Mazza, personnalité emblématique du Grenoble Tennis…

Au fil de ces années, Grenoble est redevenue une place forte du sport hexagonal tant au niveau des résultats de ses équipes « pros » que du nombre de ses pratiquants. Et si notre ville est régulièrement classée parmi les villes de France où il fait bon vivre, bon étudier… elle le doit également à la qualité de son offre sportive.