Vienne est à moins de 1000 kilomètres de Grenoble et je me mets à regretter que nous n’ayons pas fait plus souvent le déplacement pour cette ville qui a marqué l’histoire.
Dans mon for intérieur devait sommeiller l’idée que l’Autriche, n’ayant pas coupé les ponts avec l’extrême droite au cours des dernières années, devenait peu fréquentable.
Mais Vienne? Vienne qui peut s’honorer d’avoir un maire social-démocrate et qui a su renouer culturellement avec un passé d’un siècle où les intellectuels et les artistes de toutes disciplines (musique, peinture, architecture…) rivalisaient avec Paris…
Oui, Vienne mérite le voyage.
Pour Mozart et Dūrer bien sûr.
Pour Klimt, Freud, Hertzel, Loos et tant d’autres.
Pour se rappeler que ces intellectuels et artistes, alors en « sécession », ont lutté contre tous les conservatismes qui finirent par céder à Hitler.