Dans moins d’un mois aura lieu le renouvellement des conseils municipaux. Un moment important où la population portera une appréciation sur l’action de la municipalité sortante et sur le projet proposé pour le mandat à venir. Maire de Grenoble depuis 19 ans, il me parait utile et démocratique de revenir sur ce parcours municipal qui s’interrompra pour moi à la fin de ce mois de mars, ayant décidé de passer le relais à une équipe renouvelée, conduite par mon 1er adjoint Jérôme Safar. Je reviens donc, par une série de tableaux que je souhaite vivants et personnels, sur une activité qui marquera sans nul doute un moment exceptionnel de ma vie.

Grenoble est une ville industrieuse mais elle est aussi – et cela ne se sait pas assez – une ville profondément joyeuse. Dès que l’occasion se présente, les Grenoblois sont partants pour faire la fête et j’ai toujours été impressionné par leur capacité à envahir en quelques heures, à la fois enthousiastes et débonnaires, les places, les rues, les quais et les parcs de la cité. Impressionné aussi par le sentiment que cette multitude était portée par le plaisir partagé d’être bien ensemble, même quand la pluie, le vent ou le froid en auraient tant repoussé …

 Ils ont toujours été aux grands rendez-vous que nous leur avons proposés.

Je pense bien-sûr aux feux d’artifice du 14 juillet, aux nombreux spectacles et concerts organisés sur l’anneau de vitesse, ou aux animations et découvertes du Cabaret Frappé, festival aujourd’hui réputé et envié bien au-delà des limites de notre territoire. Je pense aussi au lancement confidentiel à l’époque des Rencontres du cinéma de montagne, dont la notoriété est devenue internationale. Aux festivités insolites du passage à l’an 2000, du 40ème  anniversaire des jeux de 68 où l’anneau de vitesse s’était reconstitué en arène d’ouverture le temps d’un soir. Et plus récemment encore au programme conçu dans le cadre de l’Eté au Parc Paul Mistral devenu un incontournable rendez-vous annuel, ou aux Quartiers d’Hiver qui animent la Ville entre Noël et Nouvel An.

Nous sommes nombreux également à garder un souvenir ému des manifestations organisées à travers les rues de la ville en souvenir du 60ème anniversaire de la libération de Grenoble le 22 août 1944. Ou de l’inauguration de la MC2, vieux Cargo cher aux Grenoblois, remis à flots après des années de travaux, des lectures Stendhaliennes, ou bien encore d’expositions à ciel ouvert. Et puis il y a le stade des Alpes, magnifique équipement central et métropolitain qui accueillera des décennies durant matches et concert d’exception…Cela fut déjà le cas avec le GF38, le FCG, Johnny Hallyday ou bien encore David Guetta… Chacun peut témoigner de l’incroyable énergie qui se dégage des tribunes remplies d’un public conquis.

Mais l’émotion est aussi présente quand Grenoble se retrouve et se mobilise pour des rencontres festives à l’échelle d’un quartier autour d’une placette, d’un jardin, d’un parc pour un festival, un défilé, un concert de musique classique…

J’aime Grenoble quand elle est festive et solidaire, quand elle valorise les richesses de la diversité, quand elle permet à chacun d’augmenter sa connaissance de l’autre, quand elle offre des moments de culture et de rencontres que j’ai souhaités gratuits le plus souvent possible pour que chacun puisse en profiter sans exclusion …