C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la disparition de Pierre Bergé. Entrepreneur passionné et exigeant, philanthrope érudit et charismatique, cet  homme d’engagements et de convictions a accompagné de nombreux projets artistiques, culturels et associatifs dans notre pays, souvent de manière originale, toujours de façon décisive.
Je tiens particulièrement à saluer la fidélité dont il a fait preuve à l’égard de Grenoble. Admirateur de Stendhal, il avait accepté d’inaugurer en 2012 le musée dédié à l’écrivain dans notre ville et d’en devenir son parrain et président d’honneur, prononçant à cette occasion un discours raffiné et éclairé qui est resté dans les mémoires de beaucoup.
Son aide pour compléter le fonds stendhalien de ce musée aura été déterminante. En 2006, il était venu présenter une partie du journal de Stendhal, prêtant à la Ville de Grenoble les cinq derniers carnets autographes qui lui manquaient, marquant ainsi le lancement de la mobilisation des Grenoblois et de l’Etat pour les acquérir. En 2013, il avait offert à la Ville de Grenoble une lettre autographe adressée à Félix Faure et à la comtesse Daru. Enfin, en janvier 2016, Pierre Bergé avait fait don d’un ouvrage de grande valeur de Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort annoté par Stendhal.
L’élégance morale et intellectuelle de Pierre Bergé nous manquera. Je tiens à adresser à ses proches mes plus sincères condoléances.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page