Chaque année depuis 15 ans, le prix Louis Blum (qui fut président du B´nai B´rith et initiateur du jumelage Grenoble-Rehovot) est attribué par le CRIF Grenoble-Dauphiné, à une personnalité ou à un organisme qui se distingue par ses valeurs humanistes et son engagement contre le racisme et l’antisémitisme.
Maire de Grenoble, j’avais eu l’occasion d’être associé aux hommages ainsi rendus par exemple à SOS Racisme, les Justes de l’Isère, Simone Veil, Beate et Serge Klarsfeld, Simone Lagrange ou Robert Badinter.

Cette année, c’est le Mémorial de la Shoah qui a reçu le prix Louis Blum, en la personne de son président, Eric de Rothschild.
Juste récompense pour un organisme qui a succédé au Centre de Documentation Juive Contemporaine, né clandestinement à Grenoble pendant la dernière guerre pour rassembler les preuves de la persécution des Juifs.
Il est très investi dans les domaines de la recherche et de la documentation ainsi que dans la valorisation des lieux de mémoire.

C’est avec le concours du Mémorial de la Shoah que nous avions organisé, à l’initiative de la Ville de Grenoble, des voyages (en particulier de jeunes collégiens et lycéens) sur le site d’Auschwitz-Birkenau. Et c’est avec une certaine émotion que nous en reparlions avec le directeur du Mémorial à l’occasion de la remise du prix Louis Blum.