cérémonie de départ à la retraite de Véronique Piergiovanni.

Cérémonie de départ à la retraite de Véronique Piergiovanni.

Au début de l’été, alors que s’achevait l’année scolaire, j’étais invité à participer à la cérémonie de départ à la retraite de Véronique Piergiovanni, conclusion de plusieurs décennies d’une brillante carrière au sein de l’Éducation Nationale.

Conseillère Principale d’Éducation notamment au lycée Stendhal à Grenoble, adjointe au lycée Vaucanson à Grenoble, Principale du collège Vercors à Grenoble puis Alexandre Flemming à Sassenage, elle décida, comme un beau challenge pour parfaire sa carrière, de prendre la direction du lycée professionnel Jean Jaurès à Grenoble. Une chance pour un établissement qu’elle a su diriger avec passion, offrant à ses élèves un cadre exigeant mais qui pose les bases de l’émancipation et de l’entrée dans la vie active.

Je me souviens de ce jour de mars 2014 où j’étais convié avec mon équipe à visiter le lycée Jean Jaurès. J’avais pu constater qu’en ce lieu chargé d’une riche part du passé de notre ville, l‘écriture de l’histoire se poursuivait avec dynamisme. Ce lieu atypique au cœur de la ville est ainsi le seul établissement ne possédant pas de cour intérieure ! Malgré les contraintes matérielles, personne ne s’aventurait à remettre en cause l’autorité bienveillante de Madame la Proviseure.

Véronique Piergiovanni

Véronique Piergiovanni

Son engagement pour la jeunesse a dépassé les murs de l’école. Lorsque j’occupais les fonctions de Maire de Grenoble, je savais que Véronique Piergiovanni était une partenaire de choix, parce-que nos idéaux se rejoignaient et répondaient à ce si bel objectif : construire les bases d’un avenir porteur d’espoir et de confiance pour les générations nouvelles.

Tout au long de sa carrière, Véronique Piergiovanni a su s’entourer et rassembler les divers acteurs de la communauté éducative : les membres du Rectorat, les enseignants et personnels éducatifs, les parents et, bien sûr, les élèves. Et je m’associe à eux pour saluer le parcours d’une femme qui, je le sais, ne pourra s’arrêter avec la retraite. Car il ne fait aucun doute qu’il s’agira d’une étape de plus dans un engagement, sous d’autres formes, au service de la collectivité.