Philippe Sands, grand avocat international franco-anglais, nous dévoile, comme l’indique son éditeur dans son livre « RETOUR À LEMBERG », un extraordinaire témoignage, des secrets de sa famille à l’histoire universelle, qui nous conduira de Lemberg à Nuremberg.
C’est en effet à Lemberg (aujourd’hui Lviv en Ukraine) que Léon Buchholz, son grand-père, passe son enfance avant de fuir, échappant à l’Holocauste qui décima sa famille; c’est là que Hersch Lauterpacht et Raphaël Lemkin, deux juristes juifs qui jouèrent un rôle déterminant lors du procès de Nuremberg et auxquels nous devons les concepts de « crime contre l’humanité » et de « génocide », étudient le droit dans l’entre-deux-guerres. C’est là enfin que Hans Frank, haut dignitaire nazi, annonce en 1942, alors qu’il est Gouverneur général de Pologne (où se situe alors Lemberg) la mise en œuvre de la « Solution finale » qui condamna à la mort des millions de Juifs. Et parmi eux, les familles Lauterpacht, Lemkin et Buchholz.
Puissante évocation du pouvoir de la mémoire. À lire.