Depuis que j’ai tourné la page de mes fonctions publiques de maire et de député, je reçois régulièrement des messages via les réseaux sociaux, plus rarement par lettre. Et à chaque fois, à leur lecture, se bousculent en moi mille souvenirs souvent empreints d’une forte émotion.

Ainsi hier ce message plein d’humour et de tendresse d’une femme qui pourtant n’a pas été épargnée par la vie:
 » Vote pour cet homme, il est beaucoup plus beau que l’autre! »me disait ma fille alors âgée de 5 ans en voyant votre affiche. Et puis à 7 ans, lorsque vous avez inauguré la bibliothèque Kateb Yacine, elle m’a lâché la main, est allée tout droit vers vous qui étiez face aux micros et aux journalistes. Elle vous a tiré par la main en disant à voix claire et haute « je suis amoureuse de vous ». Ça a fait beaucoup rire…
Ensuite elle a été frappée à son école et je vous ai écrit pour la scolariser ailleurs. En une semaine cela a été fait.

Le temps a passé. Elle n’a pas oublié. Et moi non plus, désormais.