Beaucoup de plaisir et d’émotion à fêter les 50 années d’histoire(s) de cette belle et grande Maison de la Culture de Grenoble, inaugurée en 1968 par André Malraux et Hubert Dubedout.
Tous les directeurs et artistes, qui s’étaient succédé pour animer et valoriser cet équipement emblématique de Grenoble étaient là, pour témoigner.
Autour de Catherine Tasca, ancienne ministre de la culture et de la communication et ancienne directrice de cette Maison de la Culture.
Autour de Jean-Paul Angot, l’actuel directeur de la MC2: (le nouveau nom de la Maison, qui sonne joyeusement à mes oreilles de physicien), et qui a réussi, avec talent et intelligence, la préparation et l’animation de cette journée anniversaire.
Avec quelques pas de danse du mythique Jean-Claude Gallotta.
Avec, cerise sur le gâteau, une ultime représentation de La Rose et la hache de Shakespeare, mise en scène par Georges Lavaudant et interprétée de façon toujours impressionnante par Ariel Garcia-Valdès.

Quels beaux souvenirs aussi pour le maire que j’ai été, et quelle intense émotion ressentie le jour de l’inauguration de la nouvelle MC2, laissant filer la délégation officielle et me retrouvant seul avec l’architecte Antoine Stinco dans le splendide auditorium. Je l’avais rêvé pour ma ville. Je m’étais battu contre beaucoup qui étaient pétris de doutes et de résignations.
Quelle joie intérieure et quelle belle offrande à Grenoble!