Dimanche dernier à Grenoble, il nous a été donné d’assister à un concert de rêve à l’église Saint-Jean.
Au programme Bach et Handel, avec les Musiciens du Louvre qui étaient remarquablement dirigés par le violon solo Thibault Noally.
Mais les présents à ce concert n’avaient d’yeux et d’oreilles que pour l’exceptionnelle mezzo-soprano suédoise Anne Sofie von Otter.
Pour rien au monde, Marie n’aurait voulu manquer une telle chance, elle qui partageait avec René Rizzardo, trop tôt disparu, cette même passion pour Anne Sofie von Otter.

Et en effet, comment ne pas être sous le charme de cette femme dotée d’une grande et élégante silhouette et surtout d’une voix d’or qui fait merveille partout dans le monde depuis des décennies?
Grande interprète de Gluck, Mozart et Strauss, Anne Sofie von Otter a aussi beaucoup chanté des opéras de Haendel avec les Musiciens du Louvre, sous la direction de Marc Minkowski.
Elle n’était pas venue à Grenoble depuis 16 ans, et c’était déjà, la dernière fois, à Saint-Jean (à l’époque du Cargo hors les murs).