Alors que notre pays a connu de multiples bouleversements, suite aux attentats de cette année, il est impératif pour la société civile de se saisir de thématiques comme la citoyenneté et la promotion de la paix, afin de rappeler les valeurs qui ont fondé et structurent notre République.

C’est ce que fait notamment l’association École de la paix , qui, chaque jour, œuvre pour la prévention des violences auprès des jeunes de notre ville et, de ce fait, qui promeut des valeurs essentielles comme le respect de soi et d’autrui, la nécessité de règles et de lois pour le vivre-ensemble. Cette initiative, belle et nécessaire, a émergé dans un premier temps à Grenoble. Ces actions se font dans la lignée du projet national et international de l’association ; cette dernière aide pleinement à la diffusion des valeurs mentionnées précédemment, sur chaque continent, au travers d’expositions, de divers travaux de mémoire et de pédagogie, et surtout d’un appui logistique, pour permettre à tout-un-chacun de se documenter et de s’informer. Récemment, un projet de Musée de la paix à Bucaramanga (Colombie) a, pour exemple, été initié.

Les bénévoles grenoblois agissent désormais en maternelle, dans les classes de primaire, au collège, mais aussi à la maison de l’enfance et à la MJC. Il s’agit ainsi de diffuser à l’ensemble des jeunes de notre ville une même possibilité de développer sa réflexion sur ces thématiques, en vue de devenir des citoyens informés et sensibilisés à ces valeurs. Des ouvrages pédagogiques sont transmis aux enseignants, de même que des formations adaptées, des jeux ludiques sont proposés aux plus jeunes, des expositions et ateliers théâtre pour les plus âgés. Des phases d’évaluation sont par ailleurs mises en place dans les établissements, en collaboration avec les enseignants, pour tirer des conclusions des méthodes de sensibilisation créées.

Chaque jour, des violences peuvent prendre part dans des zones sensibles de la ville, et cette association est là pour dialoguer, réconcilier, enseigner, de façon à ce que le vivre-ensemble ne soit pas qu’une utopie, mais un ensemble d’actions concrètes. Cette volonté, je l’ai toujours privilégiée durant mes mandats électifs, et j’ai toujours poussé à ce que ce type d’initiative soit accompagné pour le bien de tous, et afin d’amener au respect de chacun. J’ai d’ailleurs pu rencontrer récemment Agnès Hugonin, Vice-Présidente de l’École pour la Paix, afin d’échanger sur leurs actions antérieures et à venir, mais aussi de lui faire part de mon soutien et de ma reconnaissance pour le travail accompli.