editoChaque mois, les abonnés à ma « Lettre d’info » reçoivent un résumé complet de mes activités, un point sur mon agenda à venir, et un édito où  je m’exprime sur l’actualité, sur les valeurs auxquelles je crois et sur mes vœux pour notre ville, notre territoire et notre pays.

Retrouvez, dans cet article, l’édito des mois de Juillet-Août :

«Un pessimiste fait de ses occasions des difficultés, et un optimiste fait de ses difficultés des occasions».  Antoine de Saint-Exupéry.

Dans un temps incertain où la menace terroriste persiste et s’en prend, encore tout récemment, aux valeurs universelles, il est inquiétant de voir que certains font le choix de l’isolement et cèdent aux peurs qui sont toujours de mauvais conseil.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est nécessaire de résister à cette tentation du repli sur soi et préférer se rassembler autour d’idées, de valeurs communes et de projets. Faire le pari de l’avenir. Née au lendemain des deux plus grands conflits mondiaux, l’Europe, ce beau projet de paix et d’espérance, se voit une nouvelle fois mis à l’épreuve par l’annonce de la sortie du Royaume-Uni et la montée des nationalismes. L’Europe doit aujourd’hui réaffirmer sa vocation universelle et se montrer plus ambitieuse et plus généreuse. L’enjeu est majeur et les chantiers à ouvrir ne manquent pas : investissements massifs, politique énergétique, numérique…

Et, au plan local, difficile de ne pas voir une forme de repli dans les récentes annonces d’austérité présentées par la municipalité grenobloise dans son plan dit « de sauvegarde » des services publics municipaux. Tous les secteurs, tous les quartiers sont malheureusement touchés. Casser le service public au motif de le préserver, le détruire en prétextant sa reconstruction : nous sommes bien loin d’une vision collective, des valeurs de progrès et de solidarité. Où peut conduire une telle politique idéologique de la décroissance ? Comment accepter les accusations portées pour le justifier visant collectivités et personnes ? Curieuse façon d’unir les Grenoblois…

Enfin, puisqu’il s’agit d’optimisme et de valeurs universelles, comment ne pas avoir une pensée émue pour Michel Rocard, mon ami et modèle de quarante ans, cet éternel militant idéaliste et exigeant qui a porté sa vision et ses espérances jusqu’à la fin au service du collectif et de ce qui nous unit. Sa disparition doit nous imposer plus que jamais de faire vivre sa pensée et l’héritage d’un parcours exemplaire.