editoChaque mois, les abonnés à ma « Lettre d’info » reçoivent un résumé complet de mes activités, un point sur mon agenda à venir, et un édito où  je m’exprime sur l’actualité, sur les valeurs auxquelles je crois et sur mes vœux pour notre ville, notre territoire et notre pays.

Retrouvez, dans cet article, l’édito du mois de décembre :

«… Quant aux deux passions de l’incertitude, ce sont la peur et l’espérance » (Salvatore Veca)

Cette fin d’année 2016 a été pleine de surprises, d’incertitudes, voire de réelles inquiétudes, à l’échelle du monde entier.
Il y a eu bien sûr, en premier lieu, l’élection de Donald Trump à la tête de la première puissance mondiale, après tant de dérapages dans ses déclarations… Il y a aussi la démission toute récente de Matteo Renzi qui, pris en étau entre les positions populistes de la « Lega Nord » et des « Cinque Stelle », a échoué au référendum visant à réformer la constitution italienne. Et puis cette tentation grandissante du nationalisme en Autriche, qui a heureusement trouvé in extremis une échappatoire en la figure d’Alexander Van Der Bellen… Et tant d’autres dérives, bien au-delà des puissances occidentales : jusqu’au très inquiétant nouveau président philippin Duterte…

En France, le doute s’impose aussi. Alors que la primaire de la droite a créé la surprise avec la désignation d’un candidat qui affirme son libéralisme et son conservatisme de manière appuyée, et que la menace du FN est toujours aussi présente, nous avons appris la décision du Président de la République de ne pas se représenter aux élections de mai prochain.
Un choix important, historique parce qu’inédit. Un choix digne aussi et que j’ai tenu à saluer. Il nous invite à présent au rassemblement de la gauche et de tous les Français. C’est ce rassemblement qui, à toutes les échelles, permettra le dépassement des peurs pour proposer un réel espoir de changement.